Pêche

De Oyapédia, le wiki de l'île d'Yeu
Aller à : navigation, rechercher

Lu sur le site de la mairie: Même si la pêche a diminué, elle représente encore pour l’Ile d’Yeu une activité majeure. La flottille de 43 unités : 12 unités de pêche au large, 7 de pêche côtière, 24 de petite pêche, débarque la majorité de sa production à la criée. Ce lieu où les mareyeurs achètent le poisson, est l’unique halle à marée de France située dans une Ile. La production annuelle de 1 500 tonnes représente un chiffre d’affaires de plus de 10 millions d’euros. Les espèces principales sont la sole, la lotte, le bar, le merlu et le thon blanc[1].

De nombreuses petites annonces paraissent sur yeu-annonces.com.

Bateaux actuels

L'île d'Yeu est un Quartier Maritime au sens de l'Administration maritime. Les bateaux immatriculés à l'île d'Yeu portent les lettres YE.

Le site "Navires de Vendée" propose un répertoire assez complet des navires immatriculés à l'île d'Yeu.

Pêche au large

Quotas

Les quotas 2015 de lotte, sole et merlu sont maintenus, à la satisfaction des pêcheurs de l'île d'Yeu. Des inquiétudes demeurent sur le bar[2].

Bateaux anciens

Les bateaux de l'île d'Yeu étaient initialement immatriculés aux Sables d'Olonne, ils portaient alors les lettres LSID comme "Les Sables Île D'Yeu". Puis le quartier maritime de l'île d'Yeu fut créé et les bateaux portaient simplement ID suivi de 4 chiffres.

Lorsque les immatriculations passèrent à 6 chiffres et ID ne signifiant rien excepté dans notre cœur, les bateaux furent marqués YE comme c'est encore le cas aujourd'hui.

Données historiques

2014

La production totale est de 2 550 tonnes, pour une valeur de 12,5 millions d'euros[3].

Principales espèces:

Criées:

  • Les Sables d'Olonne 1 247 tonnes
  • L'Île-d'Yeu 973 tonnes (6,6 millions d'euros) dont lotte (352 tonnes), bar de ligne (104 tonnes), sole (158 tonnes)

Activités connexes

La pêche a été une activité première et centrale pour l'île pendant plus d'un demi siècle. La pêche générait sur l'île toutes les activités connexes, construction et entretien des navires, avitaillement des bateaux, transformation et commercialisation des poissons et crustacés.

Les conserveries

La première conserverie (appelée à l'époque "confiserie") s'est installée à l'île d'Yeu dès 1862.

L'île a connu 8 sites de conserveries [4]:

Dans le années 1930, cinq usines fonctionnaient simultanément (Amieux, Bouvais-Flon, Saupiquet, Bézier et Paulet) et fermèrent successivement au milieu du XXe siècle, Paulet en 1948, Saupiquet en 1949 et Bézier en 1953 pour ne rester que deux dans les années 1960.

On retrouve la "marque" de la famille Amieux sur un vitrail de l'église de Saint Sauveur.

Bouvais et Flon, dont l'inscription est restée longtemps sur le fronton du bâtiment actuellement en restauration, a résisté puis a été rachetée par le groupe Saupiquet dans les années 70 pour finir reprise en 1980 par une structure coopérative islaise "Société des Produits Alimentaires de l'île d'Yeu" (SPAY) qui jettera l'éponge en 1993.

La glacière

Les bateaux de l'île d'Yeu partent pour des campagnes de pêche lointaines et longues. Cela a toujours posé le problème de la conservation des poissons.

Avant l'avènement du "froid", les poissons étaient conservés sur le pont, sous des bâches, suspendus par la queue sur des râteliers afin de rester bien aérés.

Il n'était pas rare qu'en cas d'orage et, ou de forte chaleur, tout le fruit de la pêche fut jeté à la mer. Il fallait alors recommencer une campagne de pêche pour ne pas rentrer bredouille.

Dans les années 50

Afin de pouvoir emporter du "froid", les architectes des bateaux étudièrent une cale permettant d'emporter de la glace. Ceci devait résoudre définitivement le problème de conservation du fruit de la pêche.

A l'île d'Yeu dans les années 50 la glacière était située rue du Pû, elle fournissait des pains de glaces pour particuliers ou commerçants et de la glace pilée (en gros morceaux) pour les bateaux.

Un camion venait livrer cette glace au Port et chargeait les bateaux à l'aide d'une sorte de large goutière.

Livraison de la glace sur le port en 1962.

Une nouvelle glacière

Dès 1962 la Municipalité envisage la construction d'une nouvelle glacière située "sur l'estacade à peu près à hauteur de l'amarrage de l'Amiral de Joinville (alors réformé et en attente d'être vendu).

1962 l'Amiral amarré à l'emplacement de la future glacière.

La nouvelle glacière est mise en service le premier juin 1964, c'est un cube de béton de 15 mètres par 11 au sol et de 16 mètres de hauteur, elle est peinte en blanc. Fonctionnelle, elle n'est pas particulièrement bien intégrée dans le décor du Port.

Ses installations permettent de fournir la glace à quai à l'aide de tapis roulants.

La glacière actuelle

La construction navale

L'île d'Yeu a connu deux chantier navals, le chantier Charon et le chantier Berranger & Turbé, tous deux implantés à la grande cale, leurs installations allaient à peu près, du rond point jusqu'à l'actuelle gare maritime.

Pour illustrer l'activité de ces chantiers, on relève dans OYA Nouvelles d'avril 1948 (le numéro 2) que le chantier Berranger vient de sortir un nouveau chalutier "Anne-Rosine-Josette", et que quatre bateaux sont en construction sur le chantier Charron.

Les derniers bateaux ont été réalisés dans les années 80 puis les chantiers ont fermé avec l'avènement des coques en acier.

L'activité liée à la construction et l'entretien des bateaux ne se limitait pas aux chantier navals, il y avait aussi besoin de ferronniers pour l'accastillage et de motoristes pour la propulsion. Tous ces métiers étaient représentés sur l'île jusqu'aux années 80 puis disparurent progressivement au profit de chantiers plus importants situés sur le continent.

Les bâtiments des chantiers ont été définitivement détruits au tout début des années 2000 pour laisser place à un terrain vague qui offre une toute nouvelle vue sur le Port.

La criée

Références


  1. http://www.ile-yeu.fr/Zoom-sur/La-peche-sur-l-ile
  2. La Gazette Annonces n° 211 page 6
  3. http://www.ouest-france.fr/la-peche-islaise-affiche-de-bons-resultats-en-2014-3138951
  4. L'île d'Yeu des peintres et des marins 1850 - 1950, Edition d'ART SOMOGY, 2007.